MATIÈRE PREMIÈRE/RAW MATERIAL

Un film de Jean-François Reverdy

Homme lunettes

Année: 2016

Durée : 26 minutes

Production : L’Œil Sauvage, avec le soutien de la Région Ile-de-France (postproduction) et de la Procirep Angoa.

Sélections : Prix Nouvelles écritures SCAM 2016, Grand Prix du Festival Traces de Vies, Rencontres Internationales Paris Berlin, Festival international du court-métrage de Hambourg, Festival Hors Format de Rennes, Festival des Cinémas Différents et Expérimentaux de Paris, Festival International du Cinéma des Peuples – Ânûû-rû âboro, un Festival c’est trop court ! de Nice, Les écrans documentaires (Arcueil), Escales documentaires (La Rochelle), Docs en Court (Lyon).

Synopsis : Ce film utilise le dispositif antique du sténopé, technique des premières captures du réel, pour proposer une perception inhabituelle de la lumière du désert, des hommes et des machines qui l’habitent. Le parcours, celui du minerai de fer, s’inscrit sur le territoire Mauritanien, des carrières de Zouérate jusqu’à l’Océan, à bord du plus long train du monde. A Nouadhibou, les plages jonchées d’épaves annoncent la fin du voyage tandis que s’amoncelle, sur les cargos en partance, la précieuse ressource…

Summary : This film uses the age-old camera obscura device, one of the earliest ways of capturing reality. The technique yields an unusual perception of the desert’s geology, light, machines, and men.
Starting with the laborers quarrying red dirt at the open-air mines in Zouérate, the journey follows the iron ore all the way to the ocean, aboard the world’s longest train. In Nouadhibou, the wrecks scattered on the beach announce the voyage’s end. Meanwhile, the cargo of valuable ore is heaped into the holds of ships at the dock.